Nouvelle organisation du code de la route

Un arrêté du 27 avril 2016 a modifié l’organisation du code de la route : cette réforme a pour objectif d’améliorer la formation des conducteurs novices ( impliqués dans un quart des accidents corporels).Lambo
L’examen du code de la route comportait une base de 638 questions réparties en 11 thèmes, qui a été complètement changée et comporte désormais 1 000 questions  réparties en 10 nouveaux thèmes.
Ces questions se basent sur le REMC (Référentiel pour l’Éducation à une Mobilité Citoyenne).

L’épreuve du code de la route

Depuis début juin, la gestion de l’examen théorique du permis de conduire est également confiée à des opérateurs privés et agréés par le Ministère de l’Intérieur ( (La Poste, Dekra, SGS, etc). Environ 10% des examens de code sont délégués à des sociétés privées.
L’objet du présent agrément est l’organisation et la surveillance de l’épreuve théorique générale du permis de conduire pour une durée de 10 ans renouvelable.

La réservation des places d’examen s’effectue directement en ligne  sur les sites des opérateurs agréés. Le candidat pourra donc réserver sa place et régler les frais d’examen (30€ par présentation). Les délais d’attente pour passer le code devraient être nettement moins longs.

Par ailleurs progressivement, l’épreuve collective va être remplacée par une épreuve individuelle devant un ordinateur ou sur une tablette, le commentaire sonore de chaque question sera diffusé dans un casque audio. Afin de limiter la fraude, chaque candidat aura une série de 40 questions différentes de celles de son voisin et même le personnel du centre d’examen n’aura pas connaissance des réponses aux questions.

Banque de 1 000 nouvelles questions pour l’épreuve du code de la route

Freude am fahrenCes 1 000 nouveaux visuels, répartis en 9 thèmes sont ceux  fixés par la directive européenne 2006/126 du 20 décembre 2006. ( à son annexe 2)
Ces nouvelles questions doivent inciter les candidats à comprendre et pas uniquement apprendre.

2.1.1. Dispositions légales en matière de circulation routière:
en particulier celles concernant la signalisation, y compris le marquage, les règles de priorité et les limitations de vitesse.

2.1.2.Le conducteur:
importance de la vigilance et des attitudes à l’égard des autres usagers,
fonctions de perception, d’évaluation et de décision, notamment temps de réaction, et modification des comportements du conducteur liés aux effets de l’alcool, des drogues et des médicaments, des états émotionnels et de la fatigue.

2.1.3. La route:
principes les plus importants afférents au respect des distances de sécurité entre les véhicules, à la distance de freinage et à la tenue de route du véhicule dans diverses conditions météorologiques et d’état des chaussées,
risques de conduite liés aux différents états de la chaussée et notamment leurs variations avec les conditions atmosphériques, l’heure du jour ou de la nuit,
caractéristiques des différents types de routes et prescriptions légales qui en découlent.

2.1.4. Les autres usagers de la route:
risques spécifiques liés à l’inexpérience d’autres usagers de la route, aux catégories d’usagers les plus vulnérables tels que les enfants, les piétons, les cyclistes et les personnes à mobilité réduite,
risques inhérents à la circulation et à la conduite de divers types de véhicules et aux différentes conditions de visibilité de leurs conducteurs.

2.1.5. Réglementation générale et divers:
réglementation relative aux documents administratifs liés à l’utilisation du véhicule,
règles générales spécifiant le comportement que doit adopter le conducteur en cas d’accident (baliser, alerter) et mesures qu’il peut prendre, le cas échéant, pour venir en aide aux victimes d’accidents de la route,
facteurs de sécurité concernant le chargement du véhicule et les personnes transportées.

2.1.6.
Précautions nécessaires à prendre en quittant le véhicule.

2.1.7.
Éléments mécaniques liés à la sécurité de la conduite
: pouvoir détecter les défectuosités les plus courantes pouvant affecter notamment le système de direction, de suspension, de freinage, les pneus, les feux et clignotants, les catadioptres, les rétroviseurs, les lave-glaces et essuie-glaces, le système d’échappement, les ceintures de sécurité et l’avertisseur sonore.

2.1.8.
Équipements de sécurité des véhicules, notamment utilisation des ceintures de sécurité et équipements de sécurité concernant les enfants.

2.1.9.
Règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement (utilisation pertinente des avertisseurs sonores, consommation de carburant modérée, limitation des émissions polluantes, etc.).

Les nouvelles questions demandent aux candidats d’analyser les situations de conduite pour adapter au mieux leur comportement sur la route.

Vous pouvez lire également les articles suivants :


Cette entrée a été publiée dans Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.