Difficile apprentissage de la conduite pour les personnes dyspraxiques : quels conseils donner ?

Difficile apprentissage de la conduite pour les personnes dyspraxiques : quels conseils donner ?

Conduite avec GPSL’apprentissage de la conduite de véhicule est souvent un échec parce que les épreuves ne sont pas adaptées aux personnes dyspraxiques alors que, dans la plupart des cas, sous réserve de mettre en place quelques adaptations l’apprentissage de la conduite est bien possible.

L’association DFD, Dyspraxie France dys a déjà attiré l’attention sur la nécessité d’aménager le passage des épreuves du code de la route pour les usagers dyspraxiques, après avoir réalisé une enquête auprès de jeunes dyspraxiques .

Une convention a été signée le 16 mai 2013 entre des association de la Fédération française des DYS et le délégué à la sécurité routière pour aménager les épreuves de passage du code de la route pour les candidats qui souffrent de dyspraxie : le temps d’examen des diapositives est plus long et il y a une relecture à voix haute de la part de l’examinateur.

Télécharger la plaquette :
DFD – Plaquette dyspraxie et conduite – Version numérique 2014

Dyspraxie : dys = difficulté, praxie = geste nécessitant un apprentissage

Chez une personne dyspraxique, les gestes appris ne sont pas automatisés, s’enregistrent mal dans le cerveau. ceci suppose donc une grande concentration de la part de la personne quand elle doit effectuer ce geste appris puisqu’il lui faut penser le geste quand elle le réalise. Il en résulte une certaine lenteur et de la fatigue.
La dyspraxie la plus courante est la dyspraxie visuospatiale qui entraîne des problèmes d’organisation des l’espace, de distinction droite/gauche, de planification et de mémorisation d’un trajet.

La dyspraxie se traduit par une difficulté à réaliser 2 actions en même temps, coordonner les gestes, se repérer dans l’espace mais le plus souvent la dyspraxie peut être compensée lors de l’apprentissage du code de la route et de la conduite.

Conseils pour les candidats dyspraxiques aux épreuves du permis de conduire 

Conseils aux jeunes conducteurs atteints de dyspraxie

  • Reconnaître le parcours à l’avance, utiliser de préférence un GPS
  • Faire des pauses plus fréquentes
  • Eviter les situations qui pourraient déconcentrer : ne pas se laisser perturber par l’environnement, éviter de tenir une conversation avec un passager, et bien sûr ne pas téléphoner, consulter son téléphone en conduisant, etc

Informations pour les professionnels de la conduite qui prennent en charge des candidats dyspraxiques

  • Proposer des adaptations en fonction des observations et des besoins
  • L’apprentissage s’avère souvent plus long
  • Faire des pauses pédagogiques afin d’expliquer l’erreur dès qu’elle est commise plutôt que d’attendre avant de revenir sur l’erreur
  • Ne pas hésiter à reformuler les consignes, mais ne pas donner trop de consignes à la fois
  • Favoriser les leçons en début de journée si la fatigue est gênante
  • Donner des repères faciles à retenir si le repérage de la droite et de la gauche est difficile
  • Si la réalisation de plusieurs tâches en même temps est difficile, favoriser l’apprentissage sur boîte automatique

Pour passer l’épreuve de conduite Voiture luxueuse

Passer de préférence l’examen en début de journée.
L’élève ne doit pas hésiter à refaire formuler les indications données par l’inspecteur

L’enquête réalisée par DFD sur les conditions de passage du permis de conduire pointe les difficultés rencontrées par les personnes dyspraxiques lors du passage du code ou de l’examen de conduite. Elle souligne notamment que la commission médicale du permis de conduire est peu utilisée et peu efficiente, les médecins de manière générale, généralistes ou spécialistes, méconnaissent la dys
Une visite médicale pour le permis de conduire dans un cas de dyspraxie doit désormais être effectuée auprès d’un médecin agréé pour les permis de conduire qui exerce à son cabinet.

DFD : plaquette “dyspraxie et conduite automobile”

Télécharger la plaquette :
DFD – Plaquette dyspraxie et conduite – Version numérique 2014

Vous pouvez lire également les articles suivants :

Site internet conseillé :


8 Comments
  • laurianne
    Répondre
    Posté à 11 h 36 min, 13 mars 2015

    Bonjour, je suis dispraxique visio spatial et j’ai raté mon permis de conduire. je voulais savoir si il existe des aménagements concernant l’épreuve du permis de conduire? Si, oui, merci de m’en faire part, vous pouvez également me répondre à l’adresse mail qui est ci-dessus. Merci d’avance.

  • bertrand
    Répondre
    Posté à 9 h 59 min, 13 décembre 2017

    un dyspraxique est-il considéré comme dangereux pour lui ou pour les autres sur la route?
    quelle responsabilité en cas d’accident ( on parle de lenteur, de gestes non automatisés … ) dans ces conditions, un dyspraxique est-il maître de son véhicule ?
    et comment les assureurs assurent les dyspraxiques connus ? y a t-il une suprime, des exclusions ?

  • jolly
    Répondre
    Posté à 8 h 25 min, 14 décembre 2017

    bonjour ma fille a 18 ans est inscris sans une auto école de chateaudun elle a une reconnaissance MDPH RQTH celas fais 2 fois quel passe le code le loupe car elle ne comprend pas le sans de la question faudrait des leçons lit a voie haute mes horaire de travaille et mon emploi du Temp me permet pas d aider ma fille aux mieux pour les séances de codes je me sans dépassé car ma fille démoralisé travaille dans une maison de retraite elle fait un cap hygiene et propreté prend le bus pour allée travaillé a chartres tous les matin a 6h30 et rentre le soir a 18h30 donc qui fait de longue journée

    • Laure
      Répondre
      Posté à 15 h 22 min, 27 avril 2018

      Bonjour
      mon fils dyspraxique a eu son code mais non sans mal. Il a eu besoin de 2 années et de beaucoup de travail pour apprendre les réponses par cœur et déjouer les pièges glissés dans les questions. Mais ce fut une vraie victoire ! En revanche il rame sur la conduite. Il prends des cours sur auto équipée de boite automatique mais ses difficultés de concentration l’empêche de progresser rapidement.

  • kamialgo
    Répondre
    Posté à 18 h 53 min, 14 mai 2018

    Bonjour, si vous passez le permis de conduire et que vous êtes dyspraxique, ne perdez pas espoir. J’étais une catastrophe. J’ai obtenu ce permis de conduire. Je l’avoue : après l’avoir passé, c’est-presque-comme si je n’avais jamais eu de leçon. J’ai tout réappris, tout seul, en conduisant, encore et encore, malgré les reproches de mon entourage, car je prenais le véhicule sans autre objectif que celui de m’entraîner.
    C’était très stressant, au départ, de conduire sans moniteur. Il faut impérativement y aller petit à petit, faire comme on peut.

    Il faut enchaîner les kilomètres, le plus possible, c’est vraiment comme ça qu’on apprend le mieux. J’ai encore des difficultés liées à ma dyspraxie mais aujourd’hui je m’en sors plutôt pas mal, surtout sur les trajets connus.

    Courage et tout mon soutien aux dyspraxiques!

  • Posté à 16 h 06 min, 3 juillet 2019

    Bonjour j ai eu mon code a la 8 fois j ai passe le permis 4 fois et a chaque passage au permis un stresse et je fais toute le contraire de se que j ai appris je suis dysprasie c est dur je me sens nul et au plus je me dis de faire bien le jour j c est pire

Publier un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site internet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.